Archive

Archive for janvier 2012

Timbre gris : envoi de colis pas cher !

janvier 23, 2012 1 commentaire

La maitrise des couts postaux est un pré requis impératif pour tout geek-vendeur-du-net qui se respecte. La naissance d’un nouveau timbre (octobre 2010) me donne l’occasion de vous faire part d’un retour d’expérience concernant la problématique des affranchissements.

Tarif lent, réception éclair
Avant octobre 2011, les petits envois pouvaient être réalisés à l’aide d’un simple timbre vert gommé, la version autocollante n’ayant pas encore été créée avant cette date. Les guichetiers prétendent que ces courriers transitent par un circuit lent. Pour appuyer ces dires, certains d’entre eux affirment qu’ils ont visité un centre de tri, et ont pu constater cette réalité sur le terrain.

Double circuit ou non, dans la pratique, on s’aperçoit que les courriers arrivent aussi vite que lorsqu’ils sont affranchis au prix fort (timbre rouge). Aux lendemains ou surlendemains d’envois réalisés en tarif lent (timbre vert), j’ai souvent pu constater que mes acheteurs validaient la bonne réception du produit.

Lettre = document ? Oui, mais

Un jour, une employée a constaté la présence d’une carte micro SD dans une de mes enveloppes. J’ai donc été contraint d’opter pour un colissimo à plus de 6 euros alors même que cet objet minuscule aurait pu être envoyé au tarif lettre pour quelques centimes d’euros. Le motif est simple : en théorie, le tarif lettre est réservé aux documents. Pourtant, la grille indique qu’un envoi de documents peut peser jusqu’à 3 kg… soit l’équivalent de 3000 cartes micro SD, cherchez l’erreur.

Dans la pratique tous les objets envoyés au tarif lettre passent comme une lettre à la poste (certes, elle était facile). Il faut simplement tâcher de rester raisonnable en évitant les objets trop encombrements. En général, j’applique la règle des trois doigts (index, majeur, annulaire) qui correspondait à la largeur de la fente de la boite aux lettres de mon bureau de poste. Au sommet de mon art, il m’est arrivé d’envoyer un Gun + pédalier + DVD pour PS2 au tarif lettre, ce qui laisse une bonne marge pour le reste. Il faut également veiller à respecter une seconde règle de façon scrupuleuse : jamais d’envoi au guichet. Le bandit manchot est votre ami, suivez mon regard 😉

LE timbre gris : un tarif lent peut en cacher un autre

Un beau soir d’hiver, j’insère fébrilement ma pièce de 1 euro dans un distributeur de friandises sur le quai d’une gare brumeuse. Enfer et damnation, le monnayeur avale ma pièce sans m’offrir le change. Une plainte et un courrier postal plus tard, je me vois dédommagé… en timbres gris.

Un mois plus tard, la suite de mon histoire se déroule dans un bureau de poste. Je m’y rends pour refaire mon stock de timbres verts. Première anomalie : cette fois, ces derniers sont disponibles en version autocollante (et non plus uniquement gommée). Des gouts de luxe pour le tarif lent ? Étrange. Cette nouveauté me donne l’idée de questionner l’employée de poste pour en savoir un peu plus sur ces fameux timbres gris.

Fascicule à l’appui (scan ci-contre), on m’explique qu’il s’agit d’un nouveau tarif lent disponible depuis octobre 2011 ! Autre détail amusant : cette fois, la Poste indique clairement que le délai de réception du timbre vert est de 48 h (souvent moins en réalité, comme expliqué plus haut). L’astuce du timbre vert était-elle trop connue ? Quoi qu’il en soit, l’absence de fringale m’aurait empêché de connaitre ce nouveau timbre qui remplacera dorénavant le timbre vert.  Ce n’est pas le fascicule de la Poste qui m’aurait permis de la connaitre et pour cause, ce dernier n’y figure tout simplement pas (voir scan). Certes, le dépliant liste la gamme de courrier rapide, mais l’absence de rubrique listant les courriers lents n’est pas anodine.

Catégories :Tutoriaux

Comment télécharger toutes les pièces jointes contenues dans un Webmail en 3 étapes ?

Voici comment procéder pour récupérer l’ensemble des pièces jointes contenues dans un Webmail. En fin d’opération, toutes les pièces jointes seront stockées dans un répertoire local de Windows. La manipulation est idéale lorsqu’on souhaite nettoyer une boite pleine sans risquer de perdre ses précieuses pièces jointes. Pour parvenir à nos fins, nous utiliserons Eudora, un vieux client mail qui présente la particularité de séparer les pièces jointes des courriels pour les stocker dans un répertoire séparé.

 

 

1) Téléchargez et installez Eudora, un vieux client mail qui fonctionne toujours.

 

2) Paramétrez le compte pour lequel vous souhaitez aspirer l’ensemble des pièces jointes, puis lancez votre première levée. Une fois que tous les emails sont récupérés, passez à l’étape suivante.

3) Ouvrez le dossier \\[Votre Ordinateur]\Users\[Votre nom d’utilisateur]\Application Data\Qualcomm\Eudora\attach à l’aide de l’explorateur de Windows (copiez, collez dans le champ de recherche du menu démarrer au besoin).

Toutes vos pièces jointes s’y trouvent, il ne vous reste plus qu’à en profiter.

Les meilleures applications Windows gratuites indispensables

janvier 19, 2012 2 commentaires

Une fois n’est pas coutume, les pavés de texte habituels cèdent leur place à un simple tableau récapitulatif. Voici la liste des meilleurs programmes gratuits que j’utilise au quotidien. Et vous, qu’elles sont vos applications favorites ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour partager vos découvertes !


Nom du logiciel Brève déscription Prix Lien
evernote Applications de prise de note disponible sur de très nombreuses plateformes, mobiles et tablettes comprises. 0 € http://www.evernote.com/
Adobe Reader Lecteur de fichiers PDF. Je suis passé par les alternatives (Foxit PDF, etc.), mais reviens toujours à l’original. 0 € http://get.adobe.com/fr/reader/
7-zip Utilitaire de compression open source qui remplace parfaitement Win Zip ou Win Rar. Il est aussi possible de couper les archives. 0 € http://www.7-zip.org/
dropbox Synchroniser des fichiers sur un espace Cloud. Disponible sur de très nombreuses autres plateformes ou programmes. 0 € http://www.dropbox.com/
keepass LE gestionnaire de mots de passe par excellence. Un must have. Disponible sur de nombreuses plateformes mobile ou desktop. 0 € http://keepass.info/download.html
super copier Remplace la fenêtre de copie de Windows pour ajouter de nombreuses options (tout passer, renommer, etc.). Un must. 0 € http://supercopier.sfxteam.org/
itunes On ne présente plus iTunes. Une usine à gaz, certes, mais il s’agit également d’un pré requis quasi obligatoire pour devices iOS. 0 € http://www.apple.com/fr/itunes/download/
logmien Permet de contrôler ses ordinateurs à distance. Fonctionne sur Mac et PC, client disponible sur iPhone et iPad. Du tout bon. 0 € http://secure.logmein.com
DAEMON Tools Lite Ajoute un lecteur virtuel sous Windows. Cela permet de monter une ISO pour installer un jeu, par exemple. 0 € http://www.disc-tools.com/download/daemon
Cobian backup Programme de sauvegarde complet qui permet d’effectuer des backups automatiques locales ou distantes, incrémentielles ou non. 0 € http://www.educ.umu.se/~cobian/cobianbackup.htm
Steam Mon kiosque de téléchargement de jeux préféré. Pas dur face à des Origin ou Windows Live me direz-vous. On aime les promos. 0 € http://store.steampowered.com/
Chrome Mon navigateur favori du moment. L’application est très rapide et désormais, on trouve de nombreuses extensions utiles. 0 € http://www.google.fr/chrome
audacity Programme qui me permet de capturer des flux audio (web radios, par exemple). On peut aussi monter des bandes-son. 0 € http://audacity.sourceforge.net/?lang=fr
irfanview Visionneuse photo d’apparence basique, mais en réalité très complète. Possibilité de traiter par lot, ou d’ajouter des plug-ins. 0 € http://www.irfanview.com/
Filezilla Client FTP complet et gratuit. Possibilité d’importer ou d’exporter ses sites favoris. Existe une version serveur. Mises à jour nombreuse. 0 € http://filezilla-project.org/download.php
trillian Rolls des clients de messagerie instantanée. Compatible avec tous les IM de MSN à Skype en passant par AIM, ICQ et Facebook. 0 € http://www.trillian.im/
Client Games for Windows Marketplace Verrue indispensable lorsqu’on dispose de jeux Windows Live (Dirt 2 ou Street Fighter par ex.). Pas terrible, mais parfois nécessaire. 0 € http://www.xbox.com/fr-FR/LIVE/PC/DownloadClient
True Crypt Permet de créer des volumes chiffrés pour protéger ses documents personnels. Ultra sécurisé et Open Source, le pied. 0 € http://www.truecrypt.org/downloads
Treesize Idéal pour faire de la place dans son disque dur : le programme classe les fichiers et dossiers par taille, imparable. 0 € http://www.jam-software.com/freeware/
RealPlayer Pas forcément une bombe, mais j’apprécie son module de téléchargement des vidéos Flash, avec transfert vers iPhone. 0 € http://france.real.com/realplayer
Mediacoder Pour réencoder ses vidéos de manière à les lire sur mobile. De nombreuses versions disponibles pour iPhone, iPad ou Android. 0 € http://www.mediacoderhq.com/
Handbrake Pour convertir ses DVD de manière à pouvoir les lire sur iPod, PSP, Apple TV. Interface enfantine, tout marche à merveille. 0 € http://handbrake.fr/
Cdex extraction audio Idéal pour extraire ses CD audio, et convertir l’ensemble des pistes au format MP3. Compatible CDDB pour obtenir les titres. 0 € http://cdexos.sourceforge.net/
Super finder Programme de recherche de fichiers qui complète à merveille l’indexation de Windows. Extrêmement rapide et efficace. 0 € http://fsl.sytes.net/ssearchxt.html
Jdownloader LE logiciel de téléchargement de fichiers hébergés sur les services HTTP (direct download). Nécessite JAVA pour fonctionner. 0 € http://jdownloader.org/
Cute pdf Writer Ajoute une imprimante PDF sur son ordinateur. Cela permet de transformer n’importe quel document en fichier PDF. 0 € http://www.cutepdf.com/products/cutepdf/writer.asp
MSE Antivirus gratuit fourni par Microsoft. Peut-être pas du programme le plus puissant, mais on apprécie sa légèreté et simplicité. 0 € http://windows.microsoft.com/fr-FR/windows/products/security-essentials
Gimp Programme de montage et retouche d’image. Une sorte d’équivalent à Photoshop. Pas évident à maitriser, mais bon. 0 € http://www.gimp.org/
Java Java pour Windows. Un pré requis indispensable pour certaines applications comme JDownloader, par exemple. 0 € http://www.java.com/fr/download/chrome.jsp?locale=fr
KompoZer Logiciel de création de site Internet de type WYSIWYG. En clair, permet de coder un site Web visuellement sans connaissances HTML. 0 € http://kompozer.net/
Free Download Manager Gestionnaire de téléchargements plutôt complet et gratuit. Peut également faire office de client Bittorrent en cas de besoin. 0 € http://www.freedownloadmanager.org/


Non, les jeux de plateforme ne sont pas morts !

Le grand retour du jeu de plateforme !

Qui l’eut cru ? L’avènement de la 3D sur console (PlayStation, N64, Gamecube, DreamCast, etc.) semblait avoir sonné le glas des jeux de plateforme. Hors mobile, ce style pourtant incontournable dans les années 80 – 90 semblait être à l’agonie. À l’aube de l’année 2012, le jeu de plateforme semble plus en forme que jamais, décryptage !

Une vague de fraicheur !

Pas de doute, les excellents Braid, Sonic Colors et Générations, Kirby’s Adventure, New Super Mario Bros, Donkey Kong Country Returns, Rayman Origins, Trine 1 et 2, Super Meat Boy (j’en oublie) nous rappellent qu’il ne fallait pas enterrer la plateforme trop vite.

Mieux encore : dépoussiéré, le style franchit une nouvelle étape en apportant son lot d’innovations, certaines pouvant même être qualifiées de majeures.

Concept révolutionnaire pour Braid, modes coopératifs à 4 simultanément avec Mario et Kirby, complémentarité des rôles avec Trine et Donkey Kong, technique au top avec Sonic Générations… La plateforme ne revient pas les mains vides !

À cela s’ajoutent tous les autres jeux « indés », ou jeux indépendants dont Braid fait partie.

Des signes qui ne trompent pas.

Non, il ne semble pas s’agir du dernier soubresaut qui précède habituellement les morts aussi certaines que définitives. Bien au contraire, tous les signes indiquent que la plateforme est de retour, et qu’elle devrait encore nous accompagner pendant de nombreuses années.

Essayons d’établir un diagnostic, de recenser les signes qui étayent cette prédiction.

Commençons par quelques chiffres.

En janvier 2012, soit 2 mois après sa sortie, vgchartz.com rapporte que New Super Mario Bros (WII) s’est écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires à travers le monde.

À titre de comparaison, un blockbuster « full 3D » dans l’air du temps tel que GTA 4 a mis deux fois plus de temps pour totaliser 6,2 millions d’unités vendues dans le monde.

On peut également observer les choix stratégiques des éditeurs pour repérer les concepts qui marchent.

Récent lancement de Rayman Origins, remake anniversaire de Sonic, développement d’une suite pour Trine, déferlante de jeux indés… Les développeurs et éditeurs ne s’y trompent pas.

Même si le style n’a plus la prétention de réunir autant de joueurs qu’à l’âge d’or, l’audience reste importante. Face aux gros jeux mobilisant de grandes équipes pendant des mois, les jeux de plateforme peuvent offrir un bon compromis coût / rentabilité.

Si l’on voulait résumer ces éléments en quelques mots, on pourrait dire que les jeux de plateforme actuels sont souvent bons, sont représentés en nombre, enregistrent des scores de vente honnête, sont moins risqués pour les investisseurs, et peuvent proposer un retour sur investissement intéressant.

Explications de la percée

Très bien, partons du postulat que l’analyse est bonne. Les jeux de plateforme sont donc de retour pour longtemps. Intéressons-nous désormais aux facteurs qui peuvent expliquer ce phénomène.

La première des causes se situe au niveau du nerf… de la guerre : l’argent.

Nous l’avons vu au cours du chapitre précédent : un jeu de plateforme est généralement moins coûteux qu’un « gros » jeu dit « next gen ».

Prise de risque moindre, concept « cash converter » : avant d’atterrir dans les bacs, la plateforme ne manque pas d’atouts pour motiver les projets.

La pression financière moindre favorise également l’émergence de nouveaux concepts. Désormais, les gros studios – parfois frileux – ne sont plus les seuls à pouvoir innover. Les gameplay incontournables de World Of Goo, Braid, Fez (vidéo ci-dessous) ou Crayons Physics (pour ne citer qu’eux) sont là pour nous le rappeler.

En second lieu, le jeu de plateforme se montre abordable. Aujourd’hui, le style se négocie entre 5 et 10 euros dans le cas de développements indés ou indépendants. Quant à eux, les jeux « commerciaux » oscillent entre 30 et 40 euros (Sonic Générations, par exemple).

On se situe bien loin des 70 euros réclamés lors de la sortie du dernier FPS à la mode.

Bien sûr tous ces développements s’effondreraient comme un château de cartes en l’absence de clientèle.

Comment expliquer que la plateforme parvienne encore à trouver son public en 2012 ? Cette fois encore, les causes sont multiples.

En premier lieu, les habitudes nous ramènent souvent aux origines. Les trentenaires (ou plus) qui ont connu les heures de gloire de la plateforme ont un lien affectif privilégié avec le genre.

Paradoxalement, les jeunes générations ne font pas exception à la règle. Ces dernières ont également été initiées aux sauts vus de profil lorsque leurs consoles portables préférées leur rejouaient les remakes qui avaient bercé notre enfance.

Dans un autre registre, la pratique de ce style ancestral apporte parfois une bouffée d’oxygène face à une masse de jeux devenus trop complexes pour pouvoir être joués au pied levé.

La facilité relative élargit également le spectre des joueurs. Plus accessibles pour les enfants, moins chronophages pour les parents, plus conviviaux dans le cas du multi. Au bout du compte, toute la famille peut y trouver son compte.

FEZ PAX EAST GAMEPLAY VIDEO from POLYTRON on Vimeo.

Catégories :Analyses, Jeux vidéo