Archive

Archive for the ‘Android’ Category

Test de SkyMaster : ma face Watch préférée pour Android Wear

Heureux possesseur d’une smart watch sous Android Wear, j’étais à la recherche d’une facewatch à la fois élégante, et riche en informations affichées simultanément. J’ai trouvé exactement ce que je cherchais avec SkyMaster, explications.

 

Pourquoi j’ai cherché un cadran alternatif ?

À l’origine de ma recherche, l’impossibilité de trouver un cadran standard affichant à la fois l’heure, une seconde horloge (je voyage parfois), date ainsi que le niveau de batterie. Je me suis donc penché sur le PlayStore pour trouver la perle rare. Accessoirement, je voulais un cadran au design sérieux «raccord» avec le style masculin plutôt réussi de la LG G Watch R. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, j’ai eu le plaisir d’avoir de nombreuses autres bonnes surprises avec SkyMaster.

screen (1) screen-2 screen

 

Pourquoi SkyMaster est ma Facewatch favorite ?

Outre le look d’enfer façon cadran de montre d’aviateur, et le fait de pouvoir afficher toutes les informations qui m’intéressaient simultanément (voir chapitre précédent), je trouve particulièrement sympa de :

-Pouvoir personnaliser le nom de la montre sur le cadran (PoloWatch dans mon cas^^)

-Disposer d’un cadran qui affiche à la fois le niveau de batterie de la montre, mais aussi la charge du téléphone !

-Même si c’est gadget, pouvoir personnaliser la couleur des aiguilles

-Enfin, l’optimisation est telle que le nombre d’informations affichées simultanément peut être énorme (dans mon cas, 2 fuseaux horaires, charge montre, charge du mobile, date, jours, et – cerise sur le gâteau – nom personnalisé, mais je pourrais mettre la météo à la place si je le souhaitais 🙂

skymaster

Son seul défaut ?

Avis très personnel, je ne lui trouve qu’un unique défaut, celui d’être payant. Il m’en a couté 1 euro pour pouvoir en profiter, mais a posteriori, je ne regrette clairement pas, vous l’aviez compris 🙂

 

Et vous, quel est votre cadran alternatif préféré ?

 

Android : formater une carte SD en exFAT pour y stocker des fichiers de plus de 4 Go

décembre 24, 2014 4 commentaires

01660736-photo-logo-sdPar défaut, les cartes mémoires SD sont souvent formatées en Fat 32 pour assurer une compatibilité parfaite avec Windows, Mac OS, mais aussi Android et Windows Phone. Si le côté tout terrain du Fat 32 est appréciable, ce type de formatage présente un inconvénient de taille. En effet, il ne permet pas stocker des fichiers de plus de 4 Go, ce qui s’avère particulièrement gênant lorsqu’on souhaite manipuler les films HD (MKV, par exemple). Voici comment contourner le problème pour profiter pleinement de la capacité de vos cartes SD.

Étape 1

Sur un ordinateur sous Windows 7 ou Windows 8, ouvrez l’explorateur de fichier (pressez le touches Windows + E pour y accéder rapidement).

Étape 2

Insérez votre carte micro SD dans un lecteur de carte mémoire, puis insérez ce lecteur dans la prise USB de votre ordinateur.

Étape 3

Cette fois, repérez votre carte SD, et effectuez un clic droit sur cette dernière et choisissez « formater »

Étape 4

Choisissez exFAT, et cliquer sur « formater ». Attention, toutes les données de votre carte mémoire seront supprimées, assurez-vous d’effectuer une sauvegarde préalable. En fin d’opération, tout est terminé, vous pouvez désormais stocker des fichiers de plus de 4 Go sur votre carte mémoire, et insérer cette dernière dans votre smartphone préféré.

Clipboard03

Freenautes : téléphonez gratuitement avec votre iPhone ou votre smartphone Android !

AA009679Envie de téléphoner gratuitement avec votre iPhone ? Le tuto suivant vous donnera les marches à suivre pour atteindre cet objectif. Certes, la manipulation a quelque peu perdu de son intérêt depuis l’arrivée des forfaits Web et voix illimités à bas prix (Free, Sosh, B & You). Néanmoins, cette astuce offre quelques avantages par rapport au GSM classique, explications.

Le bénéfices du SIP :
La manipulation suivante vous permettra d’utiliser le protocole SIP pour utiliser votre ligne FIXE Free sur votre MOBILE sous iOS de manière à passer des appels via Wi-Fi.

Voici les avantages du procédé :

  • Gratuité des appels vers les fixes.
  • Possibilité de passer des appels si mauvaise ou pas de couverture GSM (si Wi-Fi).
  • Possibilité de recevoir ses appels FIXES sur son mobile (en vacances, par exemple).
  • Possibilité d’appeler gratuitement sa ligne fixe (maison) en utilisant sa ligne fixe (depuis le mobile).

Tutoriel :

  • Première étape, téléchargez et installez l’application qui correspond à votre mobile :

Télécharger l’application Android.
Télécharger l’application iPhone.

  • Rendez vous dans l’interface de gestion de votre Freebox et cliquez sur la rubrique téléphonie, puis choisissez « paramétrer mon compte SIP ». Activez le service et choisissez un mot de passe.

    C’est également ici que vous pourrez choisir de rediriger les appels entrants vers votre téléphone mobile lorsque vous quittez votre maison en vacances, par exemple.

freebox

  • Cette fois, paramétrez Linphone. Cliquez sur options et entrez votre numéro de téléphone freebox dans la case « Nom d’utilisateur ». Maintenant, entrez votre mot de passe SIP paramétré lors de l’étape précédente. Dans la case domaine, saisissez « freephonie.net ». Tout est prêt, vous pouvez émettre des appels en Wi-Fi, ou recevoir des appels si vous avez coché la case correspondante dans l’interface de votre Freebox.
    Linphone

Magasin Angry Birds à l’aéroport d’Helsinki en Finlande

Un magasin exclusivement consacré aux produits dérivés d’Angry Birds est présent dans l’aéroport d’Helsinki. Je vous propose de le découvrir au travers d’un diaporama vidéo. Au menu, peluches en tout genre, goodies et t-shirts. Rappelons que les studios de Rovio (développeur du jeu) sont implantés en Finlande, non loin du QG de Nokia (Nokia House).


PS : Ce diaporama vidéo a été réalisé et uploadé sur YouTube via iPhone grâce à l’application Photoslides.

Les meilleurs stands du Mobile World Congress 2012 en vidéo (Barcelone)

Cette année encore, je me suis rendu au mobile World Congress de Barcelone. J’ai profité de l’occasion pour réaliser une compilation vidéo des stands les plus spectaculaires. Le tout est agrémenté d’un remake saturé du thème audio de <> à consommer sans modération. Le contenu n’est pas exhaustif, mais la visite mérite tout de même le détour. En avant !

Test de Trillian : LA Rolls des clients de messagerie instantanée !

Mon histoire d’amour avec Trillian a débuté il y a un peu plus de 10 ans. À cette époque, l’application apportait enfin une réponse à la multiplicité des protocoles de messagerie instantanée. Après un passage à vide provoqué par l’hégémonique MSN, Trillian effectue un retour en force. Décryptage et test de la bête !

 

 

Un peu d’histoire

À ses débuts, Trillian fut l’un des tout premiers clients de messagerie instantanée multi protocole disponible sous Windows. Initialement publiée en freeware le premier juillet 2000 (client IRC), la première version commerciale de Trillian (client multi protocole) vit le jour en septembre 2002. Seul Miranda tentait péniblement de donner le change sans jamais arriver au niveau du maitre. Cette application concurrente était minée par de nombreux bugs qui finissaient par avoir raison des utilisateurs les plus persévérants.

Rappelons brièvement l’intérêt d’utiliser un tel programme à cette époque. Avant qu’MSN ne se généralise massivement (intégration à XP, stratégie Live, campagne promotionnelle), et pendant toute la période de transition d’ICQ / AIM / YM vers MSN, il faillait installer de 2 à 3 applications pour chater avec ses contacts !

En effet, aux prémices de la messagerie instantanée, le marché était largement dominé par AIM (AOL Instant Messenger), ICQ (jeu de mot signifiant je te cherche, I Seek You) et Yahoo Messenger. Aujourd’hui, ces trois services passent presque pour d’illustres inconnus ! Pour l’anecdote, ICQ (en novembre 1996) fut le premier client de messagerie instantanée Web à voir le jour. Nous devons cette << invention >> à Mirabilis, une petite startup israélienne. Dès ses débuts, le service portait peut-être le gène de sa destruction. En effet, le nom d’utilisateur prenait l’allure d’un chiffre à 8 caractères dont la mémorisation était insurmontable pour le commun des mortels, mais je m’égare.

AIM emboita rapidement le pas à ICQ en mai 1997 pour répondre à une contrainte technique d’alors. AIM a été créée pour éviter la surcharge des serveurs email d’AOL… une volonté qui prête à sourire de nos jours.

Bref, Trillian permettait (enfin) d’éviter le syndrome « usine à gaz » dès lors que l’on disposait de contacts mixant l’ensemble de ces protocoles.

Après quelques années d’existence, Trillian subit un coup dur consécutif à l’adoption massive d’MSN. La donne pourrait à nouveau changer au bénéfice de ce sympathique client de messagerie instantanée…

 

 

Trillian : le grand retour !
Après l’email et les clients de messagerie instantanée, c’est désormais au tour des réseaux sociaux de susciter un engouement apparemment infatigable. À l’heure où la tendance est à l’éloignement géographique (raisons personnelles ou professionnelles), parents, amis et/ou amateurs d’un même centre d’intérêt se rapprochent en tissant des liens sur la toile.

Pourquoi vous parler de tout ça ? Simplement pour rappeler que l’hégémonie d’MSN voire, de la messagerie instantanée est arrivée à son terme. Désormais, on communique volontiers par voie texte de façon différée sans pour autant recourir à l’email. Paradoxalement, cette situation inédite donne une seconde souffle à Trillian. Cette fois, le programme ne se contente plus d’unifier plusieurs protocoles de messagerie instantanée, il va jusqu’à regrouper l’ensemble des systèmes de communication directs et indirects existant. IM, email, réseaux sociaux pro et perso, microbloging… tout y passe. Jugez-en par vous même : AIM, ICQ, Yahoo Messenger, MSN, Google Talk, Jabber, Skype, Facebook, Facebook Messenger, Twitter, Linkedin, MySpace IM… la liste des services supportés est tout bonnement ahurissante !

 

 

Les grandes forces de Trillian :

Comme expliqué plus haut, Trillian offre une compatibilité quasi totale. À cela s’ajoute le fait que Trillian est loin de se limiter au simple texte. Le programme prend généralement en charge les communications vocales ainsi que les transferts de fichiers (avec plus ou moins de brio) lorsque ces fonctionnalités sont proposées par le client natif. C’est notamment le cas avec Skype ou MSN. Pour ne rien gâcher, l’outil se montre stable en toutes circonstances.

L’autre grande force de Trillian réside dans son aspect multi plateforme qui va jusqu’a englober les smartphones. De Windows à MAC OS en passant par iOS et Android : il y en aura pour tout le monde. Enfin, cette capacité prend tout son sens grâce au système d’identifiant unique. Inutile de reconfigurer l’ensemble des comptes de messagerie instantanée lorsqu’on passe d’une plateforme à l’autre. Il suffit d’enregistrer toutes ses informations de connexion dans son compte Trillian pour accéder à l’ensemble des services à l’aide d’un unique login et mot de passe !

Poursuivons cette ode à Trillian en évoquant LE point qui m’a fait revenir sur Trillian après de longues années d’absence. À vrai dire, il serait plus juste de parler du point qui m’a fait quitter MSN. Oui, les multiples plantages d’MSN associés à une lourdeur assez incompréhensible pour un « simple » client IM » ont fini par avoir raison de ma patience.

Pour finir la liste de points positifs relatifs à Trillian, j’apprécie particulièrement la fenêtre de chat à onglets, les notifications bien intégrées au système, l’excellente ergonomie, l’historique et son moteur de recherche intégré ainsi que l’accès direct aux boites mails (Gmail, Live Mail, etc.). En bref, vous l’aurez compris : si vous ne supportez plus votre client de messagerie instantanée ou plus simplement, si vous êtes à la recherche d’un l’outil de communication ultime, Trillian est fait pour vous !

 

 

Paramétrer le client SIP natif d’Android

février 15, 2012 5 commentaires

Le système Android prend nativement en charge le protocole SIP. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, ce procédé est utilisé pour acheminer les communications VoIP. Envie de téléphoner à moindre coût avec votre mobile ? C’est par ici que ça se passe !

 

Attention :

  • Certains opérateurs suppriment le client SIP de la ROM de leurs terminaux. Si tel est votre cas, rabattez vous sur l’excellent CSipSimple .
  • Si vous voulez profiter du SIP en 3G, prenez connaissance des conditions d’utilisation de votre contrat. Certains opérateurs interdissent et/ou surfacturent les usages SIP et VoIP en général.
  • Si vous êtes chez Free, n’oubliez pas d’activer SIP dans votre interface de gestion (service gratuit).

 

1) Allez dans les paramètres, cliquez sur « paramètres d’appel ».

 

2) Faites défiler la liste d’options jusqu’en bas et cliquez sur  » Comptes  »

 

3) Avec certains fournisseurs SIP (Free, par exemple), il faut impérativement cocher la case  » recevoir des appels ».

4) Cliquez sur  » Ajouter un compte ».

 

5) Renseignez vos paramètres SIP, validez et revenez sur la page précédente.

 

6) Optionnel : il ne vous reste qu’à ajuster les options d’intégration à la couche téléphonique (GSM) d’Android. Vous trouverez ces paramètres dans la rubrique « passer des appels Internet ».

Remarque :

Si le client SIP natif d’Android ne vous conviens pas, rabattez vous sur l’excellent CSipSimple .

Sondage présidentielle : comparatif des meilleures applications iPhone et Android !

février 13, 2012 4 commentaires

Les présidentielles Françaises d’avril 2012 approchent à grands pas, et si l’on s’amusait à transformer son mobile en institut de sondage ? Les développeurs Android et iOS de tous bords on saisit la balle au bond. Les kiosques Apple et Android regorgent d’applications de sondage. Ici, point de méthode des quotas : tout utilisateur de smartphone, tablette ou baladeur numérique est à même de s’exprimer . Y a-t-il des programmes qui sortent du lot ? Quelles sont les forces et les faiblesses de ces urnes virtuelles ? Quelles conclusions préliminaires peut-on tirer ? Supermatos a sélectionné les meilleurs programmes pour vous !

Nom de l’application Avis votants 1er 2emme Photo d’écran
Elu 2012

 

 

(Android)

Application basique, mais
efficace. Dès lancement du
programme, on peut consulter les pourcentages par candidats. Seul petit
bémol :
pour voter, il faut passer par la création d’un compte : le développeur
demande
d’indiquer son âge ainsi que sa commune. Une étape d’autant plus
fastidieuse
dans la mesure ou Élu 2012 ne propose aucune statistique
publique permettant
de profiter de ces données. Le soft reste sympa. De surcroit, il
propose un nombre
de votants conséquent.

9000 Bayrou

 

 

34%

MLP

 

 

33 %

 
Elysée 2012

 

 

(Android)

Difficile de faire plus
simple : une fois lancé, le
programme vous propose deux uniques choix. Vous pourrez consulter les
résultats
actuels, ou déposer votre propre bulletin de vote dans l’urne
virtuelle. Aucune
donnée personnelle à renseigner : il suffit de cliquer sur
deux boutons
pour voter, ou trois si l’on souhaite observer les résultats en fin de
procédure.

1200 MLP

 

 

47 %

Sarkozy

 

 

15,82 %

 
Spécial éléction

 

 

(Android)

Une application pas comme les
autres. Le développeur propose
trois grandes rubriques. La première agrège un flux d’actualité
spartiate, mais
fréquemment mis à jour. La seconde propose de choisir le candidat qui
incarne
le mieux certains thèmes de société du moment. Enfin, comme son nom
l’indique,
la rubrique 2nd tour permet de sélectionner un candidat s’étant
qualifié au
premier tour. Seul problème : on aimerait justement pouvoir
voter pour le
premier tour via l’application (ai-je manqué une étape ?).

?  ? ?  
Démocratie Directe

 

 

(Android)

À intervalles réguliers,
l’application propose de participer
à un scrutin virtuel du premier tour. On a également accès à un
historique regroupant
plusieurs seconds tours virtuels, avec possibilité d’y participer. Seul
problème : les électeurs ne sont pas assez nombreux pour que l’on
puisse
prétendre obtenir des valeurs significatives. À titre d’exemple, un
second tour
virtuel totalise une cinquantaine de voix au total. Enfin, si on le
souhaite,
on peut transmettre des données sociologiques au développeur en
saisissant son âge,
sa localité de domiciliation ainsi que sa catégorie
socioprofessionnelle.

60 MLP

 

 

22 %

Hollande

 

 

17,7 %

 
Election 2012

 

 

(App Store)

L’une de mes applications
préférées. C’est aussi celle qui
totalise le plus grand nombre de votants (23300 à l’heure où j’écris
ces
lignes). J’apprécie le design très classe de l’interface. Cette
dernière nous ferait
presque croire qu’il s’agit d’un programme officiel proposé par le
gouvernement. Côté fonctionnalité, il est difficile de faire plus
simple. Tout
d’abord, on peut consulter les résultats globaux réels. Par réel,
j’entends le
candidat que l’on souhaite voir gagner, et non un hypothétique vote
utile, ou
non désiré de second tour. Le second bouton permet d’effectuer son vote
électronique.
Autre fonctionnalité : le développeur a eu la bonne idée d’intégrer des
fonctionnalités liées à Facebook et Twitter. Enfin, on a accès aux
statistiques
du programme (seule l’évolution du nombre de votants est accessible).

23300 MLP

 

 

35,7%

Sarkozy

 

 

23,4 %

 
Présidentielle 2012

 

 

(App Store)

Mon autre application favorite.
Graphisme sympa, ergonomie au
top, cyber électeurs en nombre, fonction Facebook et surtout, un
classement par
partis, même si l’on regrette qu’il faille passer à la caisse pour
acquérir la
version complète.

10474 MLP

 

 

30 %

Sarkozy

 

 

20 %

 
Qui en 2012 ?

 

 

(App Store)

Pas forcément le must sur le
plan visuel, mais l’application
propose des fonctions inédites, elle mérite donc que l’on s’intéresse à
elle.
Nous parlerons principalement de la rubrique sondage. Cette dernière
regroupe
un ensemble de 11 questions. À titre d’exemple, on peut choisir son
candidat,
participer à des scénarios de second tour, ou voter pour sélectionner
les
thèmes de campagne auxquels on apporte le plus d’importance. Tout comme
Présidentielle 2012, le programme propose d’effectuer un vote par
partis politiques.
Cette fois, la fonctionnalité est proposée gratuitement. À essayer.

7300 MLP

 

 

37 %

Sarkozy

 

 

19 %

 

Conclusions :

1) Une fois n’est pas coutume, qualité rime avec quantité. On trouve de nombreux programmes plutôt bien fini, que ce soit sur Android ou iOS. Un grand merci à l’ensemble des développeurs pour leur initiative.

 

2) Si vous voulez uniquement en utiliser une, sélectionnez le programme qui totalise le plus de voix afin d’affiner les résultats.

 

3) Toutes les applications dépassent allègrement le nombre de sondés des sondages « officiels » de type BVA, IPSOS ou autre. En revanche, point de méthode des quotas dans le cas des applications smartphone.

 

4) À la lumière des résultats obtenus avec les différentes applications, on ne peut qu’émettre des doutes sérieux concernant la véracité des sondages « officiels ». À partir de 23 000 votants, l’application d’une méthode de quotas ne semble même plus nécessaire. Quel que soit le cas de figure (grand nombre de cybervotants ou non),  on retombe plus ou moins sur les même valeurs.
5) Les urnes électroniques semble bien indiquer que le premier homme est une femme (M. Le Pen), et que le second semble bien vouloir reproduire le schéma de 2002 (N. Sarkozy).

 

6) On remarque également que le candidat qui << caracole en tête >> d’après les médias officiels (Hollande)  à toutes les peines du monde à tirer son épingle du jeu sur les applications mobiles.

 

7) Le grand vainqueur du vote électronique crée la surprise. Les développeurs en font les frais : il arrive que ces dernières se fassent copieusement insulter au prétexte fallacieux d’un favoritisme à l’égard du Front National.

 

On assiste même à une variante de la théorie du complot : les développeurs se seraient mis d’accord pour favoriser la candidate frontiste. Pis encore : et si le Front National avait commandé le développement de ces programmes pour en truquer les résultats ?

 

Ces scénarios à dormir debout pourraient bien cacher une vérité plus cartésienne. Et si ces résultats exprimaient simplement le choix des électeurs ?

 

Quel est votre avis sur la question ? Avez vous participé au vote électronique via smartphone?

Les meilleures applications Windows gratuites indispensables

janvier 19, 2012 2 commentaires

Une fois n’est pas coutume, les pavés de texte habituels cèdent leur place à un simple tableau récapitulatif. Voici la liste des meilleurs programmes gratuits que j’utilise au quotidien. Et vous, qu’elles sont vos applications favorites ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour partager vos découvertes !


Nom du logiciel Brève déscription Prix Lien
evernote Applications de prise de note disponible sur de très nombreuses plateformes, mobiles et tablettes comprises. 0 € http://www.evernote.com/
Adobe Reader Lecteur de fichiers PDF. Je suis passé par les alternatives (Foxit PDF, etc.), mais reviens toujours à l’original. 0 € http://get.adobe.com/fr/reader/
7-zip Utilitaire de compression open source qui remplace parfaitement Win Zip ou Win Rar. Il est aussi possible de couper les archives. 0 € http://www.7-zip.org/
dropbox Synchroniser des fichiers sur un espace Cloud. Disponible sur de très nombreuses autres plateformes ou programmes. 0 € http://www.dropbox.com/
keepass LE gestionnaire de mots de passe par excellence. Un must have. Disponible sur de nombreuses plateformes mobile ou desktop. 0 € http://keepass.info/download.html
super copier Remplace la fenêtre de copie de Windows pour ajouter de nombreuses options (tout passer, renommer, etc.). Un must. 0 € http://supercopier.sfxteam.org/
itunes On ne présente plus iTunes. Une usine à gaz, certes, mais il s’agit également d’un pré requis quasi obligatoire pour devices iOS. 0 € http://www.apple.com/fr/itunes/download/
logmien Permet de contrôler ses ordinateurs à distance. Fonctionne sur Mac et PC, client disponible sur iPhone et iPad. Du tout bon. 0 € http://secure.logmein.com
DAEMON Tools Lite Ajoute un lecteur virtuel sous Windows. Cela permet de monter une ISO pour installer un jeu, par exemple. 0 € http://www.disc-tools.com/download/daemon
Cobian backup Programme de sauvegarde complet qui permet d’effectuer des backups automatiques locales ou distantes, incrémentielles ou non. 0 € http://www.educ.umu.se/~cobian/cobianbackup.htm
Steam Mon kiosque de téléchargement de jeux préféré. Pas dur face à des Origin ou Windows Live me direz-vous. On aime les promos. 0 € http://store.steampowered.com/
Chrome Mon navigateur favori du moment. L’application est très rapide et désormais, on trouve de nombreuses extensions utiles. 0 € http://www.google.fr/chrome
audacity Programme qui me permet de capturer des flux audio (web radios, par exemple). On peut aussi monter des bandes-son. 0 € http://audacity.sourceforge.net/?lang=fr
irfanview Visionneuse photo d’apparence basique, mais en réalité très complète. Possibilité de traiter par lot, ou d’ajouter des plug-ins. 0 € http://www.irfanview.com/
Filezilla Client FTP complet et gratuit. Possibilité d’importer ou d’exporter ses sites favoris. Existe une version serveur. Mises à jour nombreuse. 0 € http://filezilla-project.org/download.php
trillian Rolls des clients de messagerie instantanée. Compatible avec tous les IM de MSN à Skype en passant par AIM, ICQ et Facebook. 0 € http://www.trillian.im/
Client Games for Windows Marketplace Verrue indispensable lorsqu’on dispose de jeux Windows Live (Dirt 2 ou Street Fighter par ex.). Pas terrible, mais parfois nécessaire. 0 € http://www.xbox.com/fr-FR/LIVE/PC/DownloadClient
True Crypt Permet de créer des volumes chiffrés pour protéger ses documents personnels. Ultra sécurisé et Open Source, le pied. 0 € http://www.truecrypt.org/downloads
Treesize Idéal pour faire de la place dans son disque dur : le programme classe les fichiers et dossiers par taille, imparable. 0 € http://www.jam-software.com/freeware/
RealPlayer Pas forcément une bombe, mais j’apprécie son module de téléchargement des vidéos Flash, avec transfert vers iPhone. 0 € http://france.real.com/realplayer
Mediacoder Pour réencoder ses vidéos de manière à les lire sur mobile. De nombreuses versions disponibles pour iPhone, iPad ou Android. 0 € http://www.mediacoderhq.com/
Handbrake Pour convertir ses DVD de manière à pouvoir les lire sur iPod, PSP, Apple TV. Interface enfantine, tout marche à merveille. 0 € http://handbrake.fr/
Cdex extraction audio Idéal pour extraire ses CD audio, et convertir l’ensemble des pistes au format MP3. Compatible CDDB pour obtenir les titres. 0 € http://cdexos.sourceforge.net/
Super finder Programme de recherche de fichiers qui complète à merveille l’indexation de Windows. Extrêmement rapide et efficace. 0 € http://fsl.sytes.net/ssearchxt.html
Jdownloader LE logiciel de téléchargement de fichiers hébergés sur les services HTTP (direct download). Nécessite JAVA pour fonctionner. 0 € http://jdownloader.org/
Cute pdf Writer Ajoute une imprimante PDF sur son ordinateur. Cela permet de transformer n’importe quel document en fichier PDF. 0 € http://www.cutepdf.com/products/cutepdf/writer.asp
MSE Antivirus gratuit fourni par Microsoft. Peut-être pas du programme le plus puissant, mais on apprécie sa légèreté et simplicité. 0 € http://windows.microsoft.com/fr-FR/windows/products/security-essentials
Gimp Programme de montage et retouche d’image. Une sorte d’équivalent à Photoshop. Pas évident à maitriser, mais bon. 0 € http://www.gimp.org/
Java Java pour Windows. Un pré requis indispensable pour certaines applications comme JDownloader, par exemple. 0 € http://www.java.com/fr/download/chrome.jsp?locale=fr
KompoZer Logiciel de création de site Internet de type WYSIWYG. En clair, permet de coder un site Web visuellement sans connaissances HTML. 0 € http://kompozer.net/
Free Download Manager Gestionnaire de téléchargements plutôt complet et gratuit. Peut également faire office de client Bittorrent en cas de besoin. 0 € http://www.freedownloadmanager.org/


Jeux vidéo : les grands classiques s’offrent une seconde jeunesse sur smartphone et tablettes !

Sur tactile, les jeux « conventionnels » pâtissent souvent de l’absence d’un pad directionnel physique, même si les astuces proposées par les développeurs permettent de limiter la casse. C’est notamment le cas des jeux de voiture, des shoot them up ou des jeux de plate-forme qui connurent pourtant leurs heures de gloire dans les années 80 – 90.

 

À l’inverse, on constate que certaines adaptations de titres qui furent pourtant conçus bien avant l’ère du tout tactile prennent tout leur sens lors du passage sur smartphone ou tablette.

En effet, les interfaces que l’on retrouve habituellement sur mobile (écran tactile, accéléromètre, gyroscope) donnent leurs lettres de noblesse à une poignée de titres qui devaient se contenter d’une « simple » manette physique.

À titre d’exemple, on peut citer les excellentes adaptations de Super Monkey Ball 1 et 2 sur iPhone et iPad. Quoi de plus naturel que de diriger une sphère (à la Marble Madness) en inclinant simplement son mobile dans le sens qui convient ?

Dans le même registre, les labyrinthes dans lesquels il fallait faire évoluer une bille d’acier n’ont jamais vraiment décollé sur console (de salon, ou portables). Désormais le format des tablettes associées aux accéléromètres intégrés rehausse fortement l’intérêt de ce style de jeu (il n’y a qu’à jeter un oeil aux blockbusters Labyrinth 2 sur iPhone et iPad pour s’en convaincre).

Dans World of Goo, Sim City, ou dans la plupart des Tower Defence et autres jeux de stratégie, cette fois, l’interface tactile remplace avantageusement une souris qui déportait les mouvements effectués à l’écran (ce qui a tout de même pour inconvénient de masquer la partie à certains moments).

Enfin, impossible de ne pas évoquer les descendants tactiles de « Paint » qui rendent nos créations si naturelles sur ces nouveaux supports, reléguant nos vieux télécrans au rang d’antiquités impraticables (rappelez-vous du fameux trait ininterrompu).

À la renaissance des titres existants que je viens d’évoquer s’ajoute l’émergence de nombreux nouveaux concepts pensés spécifiquement pour ces nouveaux supports de jeu. Alors que le jeu classique donnait l’impression de faire du sur place, misant tout sur la surenchère technique, le jeu mobile se paye le luxe de proposer une myriade de titres originaux et accrocheurs se satisfaisant d’une faible puissance.

Assisterait-on à la renaissance du jeu vidéo ? Si la réponse à cette question peut varier en fonction des joueurs, il semble désormais acquis que le casual sur console portable et console de salon (DS et WII) prend un nouveau tournant sur tablette et smartphone.

Même si l’on s’éloigne du sujet, on peut expliquer ce phénomène par les diminutions des pressions commerciales liées à ce nouveau mode de distribution. Libéré du modèle économique précédent (créancier/éditeur/développeur/distributeur), le développeur peut désormais mener son projet seul ou en petit comité sans que rien ne vienne brider sa créativité.

D’autre part, la diminution des temps de développement (pour le casual) et les tarifs dérisoires (voir, la gratuité si rentes publicitaires) permettent de limiter les risques en cas d’échec.