Archive

Archive for the ‘iPad’ Category

Freenautes : téléphonez gratuitement avec votre iPhone ou votre smartphone Android !

AA009679Envie de téléphoner gratuitement avec votre iPhone ? Le tuto suivant vous donnera les marches à suivre pour atteindre cet objectif. Certes, la manipulation a quelque peu perdu de son intérêt depuis l’arrivée des forfaits Web et voix illimités à bas prix (Free, Sosh, B & You). Néanmoins, cette astuce offre quelques avantages par rapport au GSM classique, explications.

Le bénéfices du SIP :
La manipulation suivante vous permettra d’utiliser le protocole SIP pour utiliser votre ligne FIXE Free sur votre MOBILE sous iOS de manière à passer des appels via Wi-Fi.

Voici les avantages du procédé :

  • Gratuité des appels vers les fixes.
  • Possibilité de passer des appels si mauvaise ou pas de couverture GSM (si Wi-Fi).
  • Possibilité de recevoir ses appels FIXES sur son mobile (en vacances, par exemple).
  • Possibilité d’appeler gratuitement sa ligne fixe (maison) en utilisant sa ligne fixe (depuis le mobile).

Tutoriel :

  • Première étape, téléchargez et installez l’application qui correspond à votre mobile :

Télécharger l’application Android.
Télécharger l’application iPhone.

  • Rendez vous dans l’interface de gestion de votre Freebox et cliquez sur la rubrique téléphonie, puis choisissez « paramétrer mon compte SIP ». Activez le service et choisissez un mot de passe.

    C’est également ici que vous pourrez choisir de rediriger les appels entrants vers votre téléphone mobile lorsque vous quittez votre maison en vacances, par exemple.

freebox

  • Cette fois, paramétrez Linphone. Cliquez sur options et entrez votre numéro de téléphone freebox dans la case « Nom d’utilisateur ». Maintenant, entrez votre mot de passe SIP paramétré lors de l’étape précédente. Dans la case domaine, saisissez « freephonie.net ». Tout est prêt, vous pouvez émettre des appels en Wi-Fi, ou recevoir des appels si vous avez coché la case correspondante dans l’interface de votre Freebox.
    Linphone

Bouton home iPhone et iPad HS : palliatif et préventif

septembre 23, 2012 8 commentaires

Que faut-il faire pour retarder le phénomène ? Comment contourner le problème lorsque les touches Home ou Power de l’iPhone sont hors service, ou souffrent d’un faux contact ? Supermatos vous donne les clés!

Touches Power : la prévention

Dès les premiers signes de faiblesses de la touche Power de l’iPhone, il est recommandé de démarrer son téléphone en actionnant la touche Home, et non Power. Au final, l’effet est rigoureusement identique. Le mobile s’allume, il ne reste alors qu’à l’utiliser, ou le déverrouiller. Certes, en apparence, cette méthode ne fait que déplacer le problème sur la touche Home. Dans le paragraphe qui va suivre, nous verrons comment économiser cette touche au maximum.


Touche Home iPhone : la prévention

Cette astuce s’adresse aux personnes qui souffrent d’un problème de faux contact avec leur bouton Home sur iPhone ou iPad. La méthode s’avère également idéale pour prévenir tout problème avec cette touche et pour cause, elle permet de se passer presque totalement du bouton physique Home sans avoir à effectuer le moindre Jailbreak. Via le menu des options, nous allons activer une touche Home virtuelle tactile.

Rendez-vous dans les réglages de l’iPhone. Cliquez sur Général. Tout en bas de page, choisissez la rubrique « accessibilité ». Dans « Accessibilité », tout en bas de la page, ouvrez la rubrique « AssistiveTouch » et activez l’AssistiveTouch. Désormais, une pastille tactile translucide s’affiche sur l’écran. Cette dernière reste active en permanence, mais il est tout de même possible de la déplacer en cas de besoin. En l’actionnant, vous verrez apparaître un bouton Home tactile. On peut aussi accéder à la touche de verrouillage en sélectionnant « Appareil ». Après une brève période d’adaptation, on parvient presque à se passer totalement du bouton Home de l’iPhone.

Touche Home iPad : la prévention

Rendez-vous dans les réglages de l’iPad (hors iPad 1) et choisissez et activez les « gestes multitouch ». Désormais, pour fermer un programme, posez les 5 doigts de votre main, et glissez tous vos doigts vers un même point (ce qui revient à fermer la main en glissant ses doigts sur l’écran).

Pour accéder au gestionnaire de tâches, posez 5 doigts sur l’écran, et effectuez un mouvement glissé vers le haut. Cette fois encore, l’astuce vous permettra de vous passer presque totalement du bouton Home de votre iPad !

Quant une touche iPhone ne fonctionne plus

Les touches Power ou Home de votre iPhone ou iPad sont définitivement hors service ? Votre appareil n’est plus sous garantie ? Pas de panique, des solutions existent. Lorsque ce cas de figure se présente, il est recommandé de se rapprocher d’une boutique de réparation de mobile de confiance. En général l’opération de changement de bouton est facturée une soixantaine d’euros.

Comment classer les applications par taille sur iPhone ou iPad ? La réponse en photo et vidéo !

Votre iDevice est à l’étroit ? Sa mémoire est saturée ? Pour passer un rapide coup de balai, il est indispensable de repérer rapidement les applications les plus lourdes. À l’issue de cette opération de repérage, vous pourrez commencer votre élagage salvateur. Malgré son excellente ergonomie, iOS ne propose pas d’option de classement des applications par taille. Voici deux méthodes qui vous permettront de contourner cette limitation.

Si votre iPhone n’est pas jailbreaké

Sauf erreur, une seule solution dans ce cas. Pour commencer, si ce n’est pas déjà fait, vous devrez impérativement synchroniser votre iPhone ou votre iPad avec cette usine à gaz d’iTunes (oui, je sais…). Si vous respectez ce pré requis, cliquez sur votre iPhone ou iPad dans la barre de navigation verticale de gauche. Sélectionnez ensuite « Apps » dans barre de navigation horizontale. En dessous la rubrique « Synchroniser les apps » (qui doit impérativement être cochée), ouvrez le menu déroulant, et choisissez « trier par taille). Supprimez alors les applications volumineuses encombrantes.

Si votre iPhone est jailbreaké

Dans ce cas, les choses sont nettement plus simples. Rendez-vous sur Cydia pour y télécharger AppInfo. Je ne vous ferais pas l’affront de vous indiquer la procédure. Ce précieux utilitaire gratuit simplissime que l’on doit à BigBoss permet de classer les applications par taille (à l’issue d’un scan parfois longuet). Pour voir le programme à l’œuvre, consultez la vidéo suivante :

Pour aller plus loin

Budget high-tech d’un Geek : une passion onéreuse ?

Le geek peut être amené à dépenser des sommes importantes pour s’approvisionner en matériel high-tech. Pour avoir une idée de ce à quoi peut ressembler le budget matos d’un technophile, j’ai établi une estimation chiffrée en me basant sur mon cas personnel. Un cas certes extrême, mais qui n’en demeure pas moins riche en enseignements.

 

 

Le bilan global

Attention, il s’agit d’un bilan d’entretien et renouvellement du matériel high-tech. Les gains générés par la revente des anciens appareils sont pris en compte (cas iPhone, iPad, Macs, etc.). En revanche, pour l’upgrade des PC, seul le prix des nouvelles pièces est comptabilisé. Autre précision d’importance : ici, le coût d’équipement initial n’est volontairement pas chiffré. Il n’est pas question de truquer le bilan, mais plutôt de s’approcher au mieux de mon cas (au besoin, chacun pourra modifier ce tableau comme il l’entend). Enfin, j’ai pris le parti d’intégrer les jeux vidéos, même s’il ne s’agit pas de matériel à proprement parler.

 

Telecharger le ficher Excel, modifiez-le à loisir, et donnez nous votre retour.

 
 
 

Les enseignements

  • Première constatation paradoxale : revente oblige, le budget est à la fois énorme, et restreint, je m’explique. La somme de 1174 euros est loin d’être négligeable, mais si l’on considère l’envergure du parc à entretenir, le chiffre parait raisonnable. Le high-tech est une passion comme une autre. On imagine sans mal que les accrocs de moto, tuning auto et autres collectionneurs de tous poils allouent un budget infiniment plus important à leurs hobbies respectifs.
  • La seconde constatation découle de la première : le coût reste raisonnable (toutes proportions gardées) en raison de la revente.
  • Autre enseignement en filigrane : sans entrer dans un débat stérile opposant les détracteurs de Windows aux Apple hater, force est d’admettre que les appareils Apple se revendent mieux. Au final, aussi étrange que cela puisse paraitre, pour dépenser moins, il faut acheter le matériel le plus cher. Le bénéfice est triple puisqu’on dispose d’un appareil plus performant, de meilleure qualité, tout en dépensant moins. Une parfaite illustration des dictions : << nous n’avons pas les moyens d’acheter bon marché >>, ou << le moins cher est toujours trop cher >>.

NB : Un exemple concret pour étayer mes dires : chaque année, je revends mon iPad Wi-Fi de 16 Go 400 euros un mois avant la sortie du nouvel iPad. Un mois plus tard, je rachète l’iPad suivant 480 euros en neuf, ce qui nous donne un total de 80 euros / an, soit le prix d’un simple Apple Care (extension de garantie d’un an constructeur) pour disposer de la version dernier cri.

  • Cette règle rebondit sur le chapitre précédent. Après les dictons de grand-mère, passons aux variantes geek sauce 2012 : << le jeu vidéo bon marché est toujours hors de prix >>. Le budget jeu annuel de 500 euros mentionné dans cet article se compose uniquement de jeux mobiles à 79 centimes saupoudrés d’une poignée de jeux Steam en promotion dont les prix varient entre 5 (cas fréquent) et 30 euros (cas rarissimes). On constate donc que les jeux bon marché ont des allures de pièges déguisés, ce qu’Apple et Gabe Newel ont dû comprendre depuis longtemps. Lorsque les jeux sont (très) bon marché, l’acheteur potentiel outrepasse totalement ses limites habituelles. Sans m’avancer, je pense que le budget annuel était inférieur lorsque je m’approvisionnais en jeux console à 50 – 60 euros.Et vous, quel est le montant de votre budget high-tech ? Pour le savoir, téléchargez et modifiez le tableau pour l’adapter à votre cas personnel. Si vous avez d’autres idées (constats, dépenses oubliées), n’hésitez pas.


Test de Trillian : LA Rolls des clients de messagerie instantanée !

Mon histoire d’amour avec Trillian a débuté il y a un peu plus de 10 ans. À cette époque, l’application apportait enfin une réponse à la multiplicité des protocoles de messagerie instantanée. Après un passage à vide provoqué par l’hégémonique MSN, Trillian effectue un retour en force. Décryptage et test de la bête !

 

 

Un peu d’histoire

À ses débuts, Trillian fut l’un des tout premiers clients de messagerie instantanée multi protocole disponible sous Windows. Initialement publiée en freeware le premier juillet 2000 (client IRC), la première version commerciale de Trillian (client multi protocole) vit le jour en septembre 2002. Seul Miranda tentait péniblement de donner le change sans jamais arriver au niveau du maitre. Cette application concurrente était minée par de nombreux bugs qui finissaient par avoir raison des utilisateurs les plus persévérants.

Rappelons brièvement l’intérêt d’utiliser un tel programme à cette époque. Avant qu’MSN ne se généralise massivement (intégration à XP, stratégie Live, campagne promotionnelle), et pendant toute la période de transition d’ICQ / AIM / YM vers MSN, il faillait installer de 2 à 3 applications pour chater avec ses contacts !

En effet, aux prémices de la messagerie instantanée, le marché était largement dominé par AIM (AOL Instant Messenger), ICQ (jeu de mot signifiant je te cherche, I Seek You) et Yahoo Messenger. Aujourd’hui, ces trois services passent presque pour d’illustres inconnus ! Pour l’anecdote, ICQ (en novembre 1996) fut le premier client de messagerie instantanée Web à voir le jour. Nous devons cette << invention >> à Mirabilis, une petite startup israélienne. Dès ses débuts, le service portait peut-être le gène de sa destruction. En effet, le nom d’utilisateur prenait l’allure d’un chiffre à 8 caractères dont la mémorisation était insurmontable pour le commun des mortels, mais je m’égare.

AIM emboita rapidement le pas à ICQ en mai 1997 pour répondre à une contrainte technique d’alors. AIM a été créée pour éviter la surcharge des serveurs email d’AOL… une volonté qui prête à sourire de nos jours.

Bref, Trillian permettait (enfin) d’éviter le syndrome « usine à gaz » dès lors que l’on disposait de contacts mixant l’ensemble de ces protocoles.

Après quelques années d’existence, Trillian subit un coup dur consécutif à l’adoption massive d’MSN. La donne pourrait à nouveau changer au bénéfice de ce sympathique client de messagerie instantanée…

 

 

Trillian : le grand retour !
Après l’email et les clients de messagerie instantanée, c’est désormais au tour des réseaux sociaux de susciter un engouement apparemment infatigable. À l’heure où la tendance est à l’éloignement géographique (raisons personnelles ou professionnelles), parents, amis et/ou amateurs d’un même centre d’intérêt se rapprochent en tissant des liens sur la toile.

Pourquoi vous parler de tout ça ? Simplement pour rappeler que l’hégémonie d’MSN voire, de la messagerie instantanée est arrivée à son terme. Désormais, on communique volontiers par voie texte de façon différée sans pour autant recourir à l’email. Paradoxalement, cette situation inédite donne une seconde souffle à Trillian. Cette fois, le programme ne se contente plus d’unifier plusieurs protocoles de messagerie instantanée, il va jusqu’à regrouper l’ensemble des systèmes de communication directs et indirects existant. IM, email, réseaux sociaux pro et perso, microbloging… tout y passe. Jugez-en par vous même : AIM, ICQ, Yahoo Messenger, MSN, Google Talk, Jabber, Skype, Facebook, Facebook Messenger, Twitter, Linkedin, MySpace IM… la liste des services supportés est tout bonnement ahurissante !

 

 

Les grandes forces de Trillian :

Comme expliqué plus haut, Trillian offre une compatibilité quasi totale. À cela s’ajoute le fait que Trillian est loin de se limiter au simple texte. Le programme prend généralement en charge les communications vocales ainsi que les transferts de fichiers (avec plus ou moins de brio) lorsque ces fonctionnalités sont proposées par le client natif. C’est notamment le cas avec Skype ou MSN. Pour ne rien gâcher, l’outil se montre stable en toutes circonstances.

L’autre grande force de Trillian réside dans son aspect multi plateforme qui va jusqu’a englober les smartphones. De Windows à MAC OS en passant par iOS et Android : il y en aura pour tout le monde. Enfin, cette capacité prend tout son sens grâce au système d’identifiant unique. Inutile de reconfigurer l’ensemble des comptes de messagerie instantanée lorsqu’on passe d’une plateforme à l’autre. Il suffit d’enregistrer toutes ses informations de connexion dans son compte Trillian pour accéder à l’ensemble des services à l’aide d’un unique login et mot de passe !

Poursuivons cette ode à Trillian en évoquant LE point qui m’a fait revenir sur Trillian après de longues années d’absence. À vrai dire, il serait plus juste de parler du point qui m’a fait quitter MSN. Oui, les multiples plantages d’MSN associés à une lourdeur assez incompréhensible pour un « simple » client IM » ont fini par avoir raison de ma patience.

Pour finir la liste de points positifs relatifs à Trillian, j’apprécie particulièrement la fenêtre de chat à onglets, les notifications bien intégrées au système, l’excellente ergonomie, l’historique et son moteur de recherche intégré ainsi que l’accès direct aux boites mails (Gmail, Live Mail, etc.). En bref, vous l’aurez compris : si vous ne supportez plus votre client de messagerie instantanée ou plus simplement, si vous êtes à la recherche d’un l’outil de communication ultime, Trillian est fait pour vous !

 

 

Les meilleures applications Windows gratuites indispensables

janvier 19, 2012 2 commentaires

Une fois n’est pas coutume, les pavés de texte habituels cèdent leur place à un simple tableau récapitulatif. Voici la liste des meilleurs programmes gratuits que j’utilise au quotidien. Et vous, qu’elles sont vos applications favorites ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour partager vos découvertes !


Nom du logiciel Brève déscription Prix Lien
evernote Applications de prise de note disponible sur de très nombreuses plateformes, mobiles et tablettes comprises. 0 € http://www.evernote.com/
Adobe Reader Lecteur de fichiers PDF. Je suis passé par les alternatives (Foxit PDF, etc.), mais reviens toujours à l’original. 0 € http://get.adobe.com/fr/reader/
7-zip Utilitaire de compression open source qui remplace parfaitement Win Zip ou Win Rar. Il est aussi possible de couper les archives. 0 € http://www.7-zip.org/
dropbox Synchroniser des fichiers sur un espace Cloud. Disponible sur de très nombreuses autres plateformes ou programmes. 0 € http://www.dropbox.com/
keepass LE gestionnaire de mots de passe par excellence. Un must have. Disponible sur de nombreuses plateformes mobile ou desktop. 0 € http://keepass.info/download.html
super copier Remplace la fenêtre de copie de Windows pour ajouter de nombreuses options (tout passer, renommer, etc.). Un must. 0 € http://supercopier.sfxteam.org/
itunes On ne présente plus iTunes. Une usine à gaz, certes, mais il s’agit également d’un pré requis quasi obligatoire pour devices iOS. 0 € http://www.apple.com/fr/itunes/download/
logmien Permet de contrôler ses ordinateurs à distance. Fonctionne sur Mac et PC, client disponible sur iPhone et iPad. Du tout bon. 0 € http://secure.logmein.com
DAEMON Tools Lite Ajoute un lecteur virtuel sous Windows. Cela permet de monter une ISO pour installer un jeu, par exemple. 0 € http://www.disc-tools.com/download/daemon
Cobian backup Programme de sauvegarde complet qui permet d’effectuer des backups automatiques locales ou distantes, incrémentielles ou non. 0 € http://www.educ.umu.se/~cobian/cobianbackup.htm
Steam Mon kiosque de téléchargement de jeux préféré. Pas dur face à des Origin ou Windows Live me direz-vous. On aime les promos. 0 € http://store.steampowered.com/
Chrome Mon navigateur favori du moment. L’application est très rapide et désormais, on trouve de nombreuses extensions utiles. 0 € http://www.google.fr/chrome
audacity Programme qui me permet de capturer des flux audio (web radios, par exemple). On peut aussi monter des bandes-son. 0 € http://audacity.sourceforge.net/?lang=fr
irfanview Visionneuse photo d’apparence basique, mais en réalité très complète. Possibilité de traiter par lot, ou d’ajouter des plug-ins. 0 € http://www.irfanview.com/
Filezilla Client FTP complet et gratuit. Possibilité d’importer ou d’exporter ses sites favoris. Existe une version serveur. Mises à jour nombreuse. 0 € http://filezilla-project.org/download.php
trillian Rolls des clients de messagerie instantanée. Compatible avec tous les IM de MSN à Skype en passant par AIM, ICQ et Facebook. 0 € http://www.trillian.im/
Client Games for Windows Marketplace Verrue indispensable lorsqu’on dispose de jeux Windows Live (Dirt 2 ou Street Fighter par ex.). Pas terrible, mais parfois nécessaire. 0 € http://www.xbox.com/fr-FR/LIVE/PC/DownloadClient
True Crypt Permet de créer des volumes chiffrés pour protéger ses documents personnels. Ultra sécurisé et Open Source, le pied. 0 € http://www.truecrypt.org/downloads
Treesize Idéal pour faire de la place dans son disque dur : le programme classe les fichiers et dossiers par taille, imparable. 0 € http://www.jam-software.com/freeware/
RealPlayer Pas forcément une bombe, mais j’apprécie son module de téléchargement des vidéos Flash, avec transfert vers iPhone. 0 € http://france.real.com/realplayer
Mediacoder Pour réencoder ses vidéos de manière à les lire sur mobile. De nombreuses versions disponibles pour iPhone, iPad ou Android. 0 € http://www.mediacoderhq.com/
Handbrake Pour convertir ses DVD de manière à pouvoir les lire sur iPod, PSP, Apple TV. Interface enfantine, tout marche à merveille. 0 € http://handbrake.fr/
Cdex extraction audio Idéal pour extraire ses CD audio, et convertir l’ensemble des pistes au format MP3. Compatible CDDB pour obtenir les titres. 0 € http://cdexos.sourceforge.net/
Super finder Programme de recherche de fichiers qui complète à merveille l’indexation de Windows. Extrêmement rapide et efficace. 0 € http://fsl.sytes.net/ssearchxt.html
Jdownloader LE logiciel de téléchargement de fichiers hébergés sur les services HTTP (direct download). Nécessite JAVA pour fonctionner. 0 € http://jdownloader.org/
Cute pdf Writer Ajoute une imprimante PDF sur son ordinateur. Cela permet de transformer n’importe quel document en fichier PDF. 0 € http://www.cutepdf.com/products/cutepdf/writer.asp
MSE Antivirus gratuit fourni par Microsoft. Peut-être pas du programme le plus puissant, mais on apprécie sa légèreté et simplicité. 0 € http://windows.microsoft.com/fr-FR/windows/products/security-essentials
Gimp Programme de montage et retouche d’image. Une sorte d’équivalent à Photoshop. Pas évident à maitriser, mais bon. 0 € http://www.gimp.org/
Java Java pour Windows. Un pré requis indispensable pour certaines applications comme JDownloader, par exemple. 0 € http://www.java.com/fr/download/chrome.jsp?locale=fr
KompoZer Logiciel de création de site Internet de type WYSIWYG. En clair, permet de coder un site Web visuellement sans connaissances HTML. 0 € http://kompozer.net/
Free Download Manager Gestionnaire de téléchargements plutôt complet et gratuit. Peut également faire office de client Bittorrent en cas de besoin. 0 € http://www.freedownloadmanager.org/


Test de PC Monitor sur iPad : bien, mais même les geeks n’en auront pas forcément l’utilité

PC Monitor est une application disponible sur la quasi-totalité des plates-formes mobiles et dont le but est d’afficher de nombreuses informations sur un ou plusieurs PCs (à condition que ces derniers soient connectés à Internet, ou se trouvent sur le même réseau local). Gratuité temporaire sur iTunes oblige, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure, compte rendu !

Après avoir téléchargé (sur iPhone ou iPad, Android ou Windows Phone) et installé le programme, il faut se rendre sur le site officiel pour y télécharger l’application Windows (uniquement). Une fois que le .NET Framework 4 et l’application sont téléchargés et installés, on peut enfin lancer le programme créer un compte gratuit (fin d’opérations, ouf !).

Les tarifs (en anglais, pour info) :

  • 10 computers – €39 per year (~US$55, ~£34)
  • 25 computers – €89 per year (~US$126, ~£79)
  • 50 computers – €149 per year (~US$211, ~£132)
  • 100 computers – €269 per year (~US$382, ~£239)

À l’issue d’une période d’utilisation suffisante pour se faire un premier avis, on constate que tout fonctionne plutôt bien, même si un petit laps de temps est souvent nécessaire à l’affichage des informations et/ou à l’activation des fonctionnalités.

Ceci étant dit, bien que disposant de plusieurs ordinateurs, je ne pense pas avoir réellement l’utilité d’une telle application. Au final, la fonction qui m’a fait le plus marrer n’a rien avoir avec le monitoring puisque je pense à la possibilité d’envoyer des messages textes sur les machines monitorées. J’aime bien aussi l’accès instantané aux contrôles Veille, Shut Off, Suspend, mais regrette que le Wake on Lan ne fonctionne pas chez moi (surement un problème dû à ma configuration, et non au programme).

Pour ce qui est du monitoring pur et dur, il faut tout de même avouer que cette fonction peut être bien utile lorsqu’on dispose d’un serveur qui tourne 24 heures sur 24. Ce n’est pas mon cas étant donné que mon Windows Home Server s’allume seulement deux heures (creuses) par jour. Toujours pour le monitoring (mémoire, réseau, processeur), la présence de courbes de tendances est sympa, mais on ne comprend pas pourquoi les unités sont aux abonnées absentes.

En bref, le programme est plutôt sympa, mais encore faut-il en avoir l’utilité. Pour finir, je vous laisse sur ces quelques photos d’écran qui vous aideront à savoir si l’application est susceptible de vous intéresser, ou non.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les meilleurs jeux multijoueur iPad : amusez-vous à deux (et plus) simultanément sur un seul appareil !

juillet 12, 2011 9 commentaires

Aujourd’hui, je vous propose une petite sélection de jeux multijoueurs qui peuvent être joués à deux (et parfois plus) simultanément sur un seul et même iPad (ou iPad 2). Avec les titres de cette sélection, il n’est donc pas nécessaire de disposer d’un second iPad, d’une connexion Wi-Fi ou d’une quelconque liaison Bluetooth. Si des jeux qui vous tiennent à cœur manque à l’appel, n’hésitiez pas à utiliser les commentaires pour faire part de vos propositions 🙂

Mortal Kombat 3

Depuis la dernière mise à jour, il est possible d’opter pour un mode deux joueurs. Chaque joueur dispose alors d’un stick arcade virtuel accompagné de touches d’actions. Certes, le tout n’est pas forcément évident à manipuler, mais à l’issue d’un temps d’adaptation, on finit par trouver ses maques. Quoi qu’il en soit, le handicap est équilibré dans la mesure où la difficulté est la même pour les deux joueurs. Alors, prêts à dépoussiérer ce hit des années 80 pour s’adonner à des duels fratricides à deux ? C’est parti !

Lien vers l’iTunes Store

Hockey Nation 2010

Envie de se faire s’affronter sur un excellent jeu de hockey sur glace qui s’inspire fortement des premières versions du titre NHL d’Electronic Arts ? C’est ici que ça se passe ! Dans ce mode, le jeu change de perspective et passe en vue de dessus. On regrette simplement que cette sympathique mouture iPad ait une version de retard par rapport à son homologue iPhone qui est maintenant estampillée 2011 (contre 2010 pour la version iPad).

Lien vers l’iTunes Store

Marble Mixer

Ce jeu de billes propose de participer à des parties endiablées de 2 à 4 joueurs. L’application compile les 3 mini jeux suivants : avec le mode Space Mania, il faut marquer des points en envoyant les billes des concurrents en dehors de l’aire de jeu. Vient ensuite le mode Table Tactics qui nécessite d’user de stratégie pour conquérir l’aire de jeu. Pour finir, avec le mode Monster Picnic, il faudra nourrir un monstre de billes pour espérer gagner la partie.

Lien vers l’iTunes Store

Touch of Fun

Il s’agit d’un party game regroupant pas moins de 8 minis jeux (dans sa version payante à 2,40 euros) jouables de 2 à 4 joueurs simultanément. Dans le lot, on trouve des jeux de billes, un jeu de hockey sur glace (dans lequel il faut faire rentrer un palet dans le goal des adversaires), etc. Le tout est très amusant et plutôt bien réalisé. À essayer pour s’amuser à plusieurs (le plaisir du jeu est proportionnel au nombre de joueurs).

Lien vers l’iTunes Store

Mirrors Edge

Étonnamment, cet excellent jeu de plateforme-action intègre un mode deux joueurs simultané en écran splitté. Ce dernier se divise en deux modes de jeux distincts. Dans le premier, les participants se livrent à une course effrénée : le premier arrivé à la fin du niveau gagne la partie. Notez que dans ce mode, on peut activer le mode combat (coup contre l’adversaire) ou non, ce qui ajoute un peu de piment. Vient ensuite le mode rival qui n’est pas moins intéressant. Ici, il faut ramasser le plus possible de sacs disséminés dans un niveau. Lorsqu’on meurt, l’adversaire empoche un sac, le gagnant est celui qui parvient à ramasser le plus d’items en fin de partie.

Lien vers l’iTunes Store

Glow Hockey 2 HD / Air Hockey / Air Hockey Gold / Glide Hockey

Tous ces jeux de hockey sont similaires dans leur principe à un divertissement d’arcade que l’on peut trouver dans les cafés et autres salles de jeu. Le principe est on ne peut plus simple : chacun des joueurs doit frapper le palet pour essayer de le faire entrer dans le but de l’adversaire. Difficile de départager les protagonistes pour faire émerger un vainqueur tant ces titres sont soignés. Essayez-les tous (ils sont souvent gratuits) et conservez celui qui vous convient le mieux !

Lien vers l’iTunes Store (Glow Hockey 2 HD Free)
Lien vers l’iTunes Store (Air Hockey)
Lien vers l’iTunes Store (Air Hockey Gold)
Lien vers l’iTunes Store (Glide Hockey)

Touchgrind HD

Il s’agit d’un petit jeu de skateboard original se jouant en effectuant des manipulations à l’aide de l’index et du majeur sur l’écran. Le titre avait fait sensation lors de sa sortie sur iPhone, c’est donc avec le plus grand plaisir qu’on le retrouve sur iPad. Par rapport à son homologue iPhone, cette version apporte un mode multijoueur jouable à deux simultanément. Certes, le prix demandé (environ 6 euros) reste assez élevé, mais les amateurs ne regretteront pas leur achat.

Lien vers l’iTunes Store

Pad Racer

L’éditeur Software Moderna nous propose un petit jeu de courses plutôt original en ce qui concerne le mode de contrôle. Le développeur a opté pour une vue de dessus qui rappellera peut-être des souvenirs aux vieux de la vieille qui s’étaient fait la main sur Off Road (NES). Le jeu peut être joué du un à quatre joueurs simultanément. Soyons francs, la maniabilité n’est pas forcément évidente à quatre sur un unique IPad, mais au besoin, il est possible de transformer un iPhone ou un iPod touch en manette de jeu (via l’installation d’un petit programme) !

Lien vers l’iTunes Store
Lien vers l’iTunes Store (programme iPhone qui joue le rôle de manette de jeu)

Virtual Table Tennis HD et Table Tennis Soul


Pad de surprise de dernière minute : Table Tennis ST est bien un jeu de ping-pong dans lequel deux joueurs pourront s’affronter autour d’une table dont le revêtement peut être modifié. Le principe de jeu reste le même qu’avec la version physique. Puisqu’on en parle Table Tennis Soul (un autre jeu du genre) propose une petite originalité qui vaut le détour. Pour faire comme les vrais, il est possible d’installer un petit programme sur son iPhone ou iPod touch (My Soul) de manière à le transformer en une véritable raquette de jeu Bluetooth. Du tout bon !

Lien vers l’iTunes Store (Virtual Table Tennis HD)
Lien vers l’iTunes Store (Table Tennis Soul)
Lien vers l’iTunes Store (My Soul, la raquette iPhone pour Table Tennis Soul

Hit Tennis 2

Même si j’ai une petite préférence pour Virtual Table Tennis HD (mon coup de cœur), dans le domaine, il aurait été dommage de se passer de Hit Tennis 2, à plus fortes raisons lorsqu’on sait que ce jeu est parfois proposé gratuitement ! La jouabilité n’est pas forcément des plus évidentes, mais le mieux et de se faire son propre avis en téléchargeant le programme.

Lien vers l’iTunes Store

Fruit Ninja HD

Dans ce jeu, il faut découper un maximum de fruits en charcutant l’écran à l’aide de son index. Depuis peu, le développeur a ajouté un sympathique mode multijoueur. Le concept reste identique à la différence près que cette fois, l’écran se divise en deux pour permettre des affrontements endiablés. Le joueur qui parvient à empocher le plus de points en coupant des fruits gagne la partie.

Lien vers l’iTunes Store

Foosball HD

Foosbell HD n’est autre qu’un jeu de babyfoot porté sur iPad. Le jeu de base propose de jouer contre un ordinateur, mais il est également possible de désactiver l’intelligence artificielle pour faire face à un joueur humain. La maniabilité est plutôt bonne et le mode deux joueur est vraiment amusant.

Lien vers l’iTunes Store

Multipong

Si vous connaissez le principe de pong, vous connaissez celui de multipong. Il s’agit toujours d’un jeu de raquettes dans lequel il faut faire son possible pour éviter que la bille ne tombe dans son but, tout en lui donnant un petit coup de pouce pour qu’elle franchisse la porte du voisin. Si dans son principe, le jeu semble être très basique, quelques petites options viennent pimenter le tout et augmentent la dose de fun. Autre point à signaler : la finition de l’application est irréprochable : graphisme et animations ont bénéficié d’un soin tout particulier. À posséder.

Lien vers l’iTunes Store

Jeux vidéo : les grands classiques s’offrent une seconde jeunesse sur smartphone et tablettes !

Sur tactile, les jeux « conventionnels » pâtissent souvent de l’absence d’un pad directionnel physique, même si les astuces proposées par les développeurs permettent de limiter la casse. C’est notamment le cas des jeux de voiture, des shoot them up ou des jeux de plate-forme qui connurent pourtant leurs heures de gloire dans les années 80 – 90.

 

À l’inverse, on constate que certaines adaptations de titres qui furent pourtant conçus bien avant l’ère du tout tactile prennent tout leur sens lors du passage sur smartphone ou tablette.

En effet, les interfaces que l’on retrouve habituellement sur mobile (écran tactile, accéléromètre, gyroscope) donnent leurs lettres de noblesse à une poignée de titres qui devaient se contenter d’une « simple » manette physique.

À titre d’exemple, on peut citer les excellentes adaptations de Super Monkey Ball 1 et 2 sur iPhone et iPad. Quoi de plus naturel que de diriger une sphère (à la Marble Madness) en inclinant simplement son mobile dans le sens qui convient ?

Dans le même registre, les labyrinthes dans lesquels il fallait faire évoluer une bille d’acier n’ont jamais vraiment décollé sur console (de salon, ou portables). Désormais le format des tablettes associées aux accéléromètres intégrés rehausse fortement l’intérêt de ce style de jeu (il n’y a qu’à jeter un oeil aux blockbusters Labyrinth 2 sur iPhone et iPad pour s’en convaincre).

Dans World of Goo, Sim City, ou dans la plupart des Tower Defence et autres jeux de stratégie, cette fois, l’interface tactile remplace avantageusement une souris qui déportait les mouvements effectués à l’écran (ce qui a tout de même pour inconvénient de masquer la partie à certains moments).

Enfin, impossible de ne pas évoquer les descendants tactiles de « Paint » qui rendent nos créations si naturelles sur ces nouveaux supports, reléguant nos vieux télécrans au rang d’antiquités impraticables (rappelez-vous du fameux trait ininterrompu).

À la renaissance des titres existants que je viens d’évoquer s’ajoute l’émergence de nombreux nouveaux concepts pensés spécifiquement pour ces nouveaux supports de jeu. Alors que le jeu classique donnait l’impression de faire du sur place, misant tout sur la surenchère technique, le jeu mobile se paye le luxe de proposer une myriade de titres originaux et accrocheurs se satisfaisant d’une faible puissance.

Assisterait-on à la renaissance du jeu vidéo ? Si la réponse à cette question peut varier en fonction des joueurs, il semble désormais acquis que le casual sur console portable et console de salon (DS et WII) prend un nouveau tournant sur tablette et smartphone.

Même si l’on s’éloigne du sujet, on peut expliquer ce phénomène par les diminutions des pressions commerciales liées à ce nouveau mode de distribution. Libéré du modèle économique précédent (créancier/éditeur/développeur/distributeur), le développeur peut désormais mener son projet seul ou en petit comité sans que rien ne vienne brider sa créativité.

D’autre part, la diminution des temps de développement (pour le casual) et les tarifs dérisoires (voir, la gratuité si rentes publicitaires) permettent de limiter les risques en cas d’échec.

App Store : la renaissance du jeu vidéo

L’App Store a donné naissance à une nouvelle génération de jeux vidéos. Nouvelle ? Pas vraiment. En fait, il ne s’agit pas d’une naissance, mais plutôt d’une renaissance qui présente de nombreux points communs avec ce que l’on pouvait observer lors des prémices du jeu vidéo.

 

Cut the rope

Cut the rope

À côté des gros titres (Gameloft, EA, etc.) que l’on peut exclure de cette analyse, on trouve une myriade de jeux « casual » plus ou moins bien réussis. Si de prime abord, la quantité semble prendre le pas sur la qualité, l’expérience prouve que le modèle économie « low cost » à donné naissance à quelques concepts qui valent le détour. Dans le lot, on peut lister Cut The Rope, Spirits, Rolando, Angry Birds, Edge, SandSlide, Topple, iStunt, ou AR Defender, pour ne citer que ceux-là.

Ce phénomène trouve ses causes dans une ou plusieurs conjonctions de faits. Tout d’abord, les « développeurs-éditeurs » sont souvent débarrassés des pressions commerciales qui freinent la créativité et l’originalité. Le professionnalisme oblige souvent de privilégier la rentabilité immédiate assurée par un énième clone d’un concept éprouvé. Une telle situation aurait très certainement tué dans l’oeuf le génie d’un Tetris développé entre deux pauses café au beau milieu d’un institut de recherche soviétique.

Nintendo avait tenté de prendre cette direction avec la DS. Peu avant la sortie de la machine, le constructeur avait fait un appel du pied aux développeurs en faisant miroiter des faibles coûts de développements accompagnés de retours rapides sur investissement. À 40 euros le titre souvent bâclé et rapidement plié, le résultat diffère de ce que l’on observe sur l’App Store. Sur DS, même si quelques perles sortent du lot (souvent estampillées Nintendo), la marée de jeux moyens au prix non négligeable entraine des grincements de dents.

Sandslide, un concept novateur et accrocheur !

Rien de tout cela ici : les jeux qui font l’objet de ce billet sont sont souvent courts, mais ils coutent des sommes dérisoires, lorsqu’ils ne sont pas distribués gratuitement – mais revenons en à nos moutons…

Vient ensuite le caractère artisanal et/ou passionné, voire désintéressé. Cette sorte de soupe primitive peut constituer le ferment idéal d’un futur hit. Le développeur ne compte pas son temps, et pousse son concept dans ces derniers retranchements. Dans ce contexte, tout est fait pour peaufiner et polisser le bébé jusqu’à sa soumission auprès d’Apple (ou de l’Android Market).

Que ce soit avec la musique, la peinture ou le cinéma, l’art n’est que le moyen de transmettre une passion d’un individu à un autre. Le jeu vidéo ne fait pas exception à la règle : un jeu qui donne du plaisir a souvent été fait avec plaisir. Comme l’argent pour le bonheur, les questions d’ordre techniques telles que le graphisme ou la qualité sonore ne font pas le plaisir ludique, mais elles y contribuent.